Zoïla et Christophe de Garidel

Zoïla, un bien joli prénom …?
Oui j’ai le même prénom que mon arrière-grand-mère qui était péruvienne d’origine espagnole.
Je suis née à Périgueux où j’ai passé mon enfance. Puis je suis allée à Bordeaux faire des études de génétique moléculaire et  j’ai travaillé dans la recherche pharmaceutique.

Christophe : je suis né à Aix-en-Provence au sein d’une fratrie de quatre. Je suis allé faire l’IDRAC à Montpellier.

Après le service militaire (à cette époque il existait encore !) J’ai travaillé un an à Paris dans un cabinet conseil, puis à Strasbourg chez un éditeur de logiciels.

Zoïla et moi-même, nous nous sommes rencontrés lors d’un pèlerinage à Medjugorje  et nous sommes mariés en  95 dans le Périgord. Après un an à Paris nous sommes restés 10 ans à Strasbourg où sont nés nos enfants.

En 2008, changement de boulot pour Saint-Cyr au Mont-d’or, dans le marketing chez un intégrateur de logiciels de gestion et…la seule école qui a accepté de prendre nos 6 enfants sur la région fut Mongré ! Nous avons quatre garçons et deux filles de 15 à cinq ans !

Nous sommes très contents à Gleizé, on trouve absolument tout pour élever nos enfants !

Il manque seulement à Villefranche des 18-25 ans car ils sont étudiants ailleurs  !

… Tous les deux nous avons reçu une éducation chrétienne de nos parents et même aussi de nos grands-parents.

 

 Une belle famille, quelles activités tous ensemble ?

 Christophe : j’aime bricoler,  par nécessité… et par goût !

– L’escalade, le foot, la randonnée avec mes enfants

– La lecture, l’aquarelle…

 

Zoïla : j’aime cuisiner et lire, mais je suis frustrée car j’ai peu de temps pour ça !

– Je vais à la gym toutes les semaines

– J’aimerais faire des études de théologie : ce sera pour plus tard !

– Tous nos enfants font de la musique : cor d’harmonie, flûte traversière, violon, trompette, trombone à coulisse et le solfège pour tous. Des auditions et le travail quotidien à la maison

– Le scoutisme pour quatre de nos enfants et dont Christophe est le chef de groupe

– Les petits chanteurs de Mongré

… et puis c’est important de prendre du temps personnellement avec chaque enfant !

 

Qui n’a pas vu vos petits blondinets servants  de messe à Notre-Dame… Quels sont vos engagements ?

 Oui, trois garçons sont enfants de chœur ! Mais nous ne nous tenons pas trop loin pour « calmer » un petit peu parfois leurs ardeurs…

– Préparation mariage : c’est la joie de partager notre foi, dire la joie d’être mariés, expliquer l’importance du mariage chrétien. Oui, on trouve beaucoup d’intérêt à rencontrer des personnes qui sont en « périphérie » de l’église. Ils sont tellement ouverts et contents, c’est passionnant pour nous 2.

– AFC (Association Familiale Catholique) pour Zoïla..Ce sont des chantiers d’éducation avec une entraide éducative avec thèmes.  Exemple : comment gérer la colère, …un repas, …la jalousie dans la fratrie, etc…

– Le scoutisme pour Christophe : je suis chef de groupe à Saint Georges :  j’encadre la troupe et la meute. Je suis responsable de 47 enfants et de 10 chefs. Ça me prend un week-end sur deux, il faut lancer la rentrée, et les camps d’été. J’ai des réunions avec les chefs puis avec le district (6 groupes). L’été, 2 camps.J’y vais faire un tour.

Il faut savoir mettre la main à la pâte… J’étais scout, j’ai énormément reçu donc maintenant je donne. Et c’est très enrichissant le contact avec les enfants et les jeunes chefs. Il faut aussi que j’apprenne à déléguer…

Tous les deux, nous allons chaque année à Cotignac séparément.

– Zoïla : la prière des mères chaque semaine à Limas

 

Qu’est-ce qui vous tient à cœur dans votre vie de foi ? 

– Transmettre notre foi à nos enfants, et qu’ils comprennent l’amour de Dieu. Pour qu’ils vivent une vraie vie de foi…

– Témoigner de la joie de la foi.

– Vivre l’unité de la foi reçue, partagée et vécue… Avoir une vie unifiée avec ce que l’on vit et avec les autres…

– Que notre comportement ne soit pas en contradiction avec ce que l’on pense…

– Avoir une dimension d’ouverture avec un regard chrétien…

– Dans l’église on est bien. Ailleurs, on se sent parfois un peu attaqués et nous devons être solides

L’engagement, pour nous, c’est important !

 

Propos recueillis par Martine et Yves Tricou, le 9 mai 2013

 

Accès aux archives