Père Emmanuel Payen


payen

 

 

Martine et Yves Tricou : Père, -pardon, Monseigneur !-(sourire) pouvez-vous nous brosser votre histoire depuis le début ?

Père Emmanuel Payen : Je suis né à Saint Julien Molin Molette en 1936. Mon Père lyonnais et ma mère originaire du village, au centre d’une fratrie de 9 enfants.
Ecole au village puis pension à Vienne au collège ROBIN. Ensuite « les Minimes » à Lyon et entrée au séminaire de philosophie à la maison St Joseph : souvenirs merveilleux ! Vint ensuite le séminaire universitaire avec cours à la Catho : la montée du Gourguillon plusieurs fois par jour….durant deux ans, cela faisait les mollets !
Coupure des études par le service militaire : d’abord comme apprenti-infirmier dans le Nord de la France, puis ce fut l’Algérie pendant 2 ans. (C’est pour cela que j’ai été si marqué par le film « des Dieux et des hommes », que j’ai vu deux fois !)
Retour au séminaire diocésain pour être ordonné à l’âge de 28 ans.

Je suis affecté à Caluire, la paroisse Ste Bernadette durant 5 ans. Je suis ensuite envoyé à la rencontre des mondes sociologiques et culturels. J’ai vraiment visité tout ce qu’il pouvait y avoir de culturel à Lyon, mais en même temps, j’ai senti qu’il fallait que je m’insère mieux par le travail et je suis devenu formateur de la communication au CESI* puis responsable de la formation à l’OCCAJ* : chargé d’abord de l’animation pour Rhône-Alpes, puis sur le plan national.

En 1972 je suis nommé délégué diocésain pour le renouveau charismatique qui était en plein développement et je suis devenu membre de la Communauté du Chemin Neuf jusqu’à ce jour encore.

A 42 ans, retour en paroisse à La Duchère.
Mitterrand président : c’est la libération des bandes radio FM (modulation de fréquences)… Un jour devant la tour ronde de La Duchère un homme me demande ce que je fais là, lui répondant que j’étais le curé de LA DUCHERE, il m’annonce qu’il démarre Radio Contact dans la tour : mon histoire avec la radio commence…Monseigneur RENARD puis DE COURTRAY m’y incitent fortement.

En 1982 réunion avec 200 Personnes : « Faut- il prendre le risque de créer une radio chrétienne à Lyon ? » Un grand OUI, mais œcuménique, dont on me donne officiellement la charge. 1ère émission en avril 1982 dans un grenier à Fourvière : Radio Fourvière était née, aujourd’hui RCF*.
Après 19 ans de radio, me voilà nommé Recteur de Fourvière durant 2 ans.

En 2003, je suis nommé archidiacre du Rhône Vert, j’ai alors 67 ans.
« Je peux dire que durant ma vie de prêtre, je n’ai jamais rien demandé mais je n’ai aussi jamais rien refusé ! »
Enfin, un souvenir important : en 1962, avec 4 copains séminaristes, nous faisons un voyage en 2 CV jusqu’en terre sainte. Et depuis, tous les ans, j’y retourne pour accompagner des pèlerins.

Vous connaissez bien le Beaujolais car vous aviez installé une grande antenne pour RCF sur la colline de Buisante à Limas et elle disjonctait souvent… Vous voilà archidiacre depuis 7 ans du Rhône Vert : quel est votre mission ?

Le diocèse est divisé en 3 zones, la COURLY*, le Roannais et le Rhône Vert. Ce dernier s’étend de la vallée du Giers aux portes de Mâcon : 30 Paroisses, 230 communes, 380 000 habitants, dont votre paroisse et ses nombreux clochers.

Je suis envoyé par l’Evêque pour accompagner ces communautés chrétiennes. Ma mission :
– 1/ en urgence et en dépannage : je suis le « pompier de service !» qui gère l’urgence.
-2/ mission d’écoute et d’accompagnement des prêtres, des diacres, des LEME*, des EAP*. Je suis beaucoup sur le terrain : visites organisées, célébrations particulières, visites pastorales avec l’Evêque. Tout cela est la mission de l’Eglise sur le terrain.
– 3/ Proposer une dynamique de pastorale : mettre un projet de développement (exemple ERP*) car tous les chrétiens sont appelés à être acteurs de l’Eglise et je les accompagne.

Saint Anne des Calades est la plus grosse paroisse du diocèse par son nombre d’habitants. Vous êtes venu, vous reviendrez, quel est votre ressenti quand vous venez chez nous et que voulez-vous dire aux paroissiens de Sainte Anne des Calades ?

J’ai beaucoup découvert Villefranche qui est vraiment une petite capitale dans une grande région.
Villefranche a toujours tenu ses distances par rapport à Lyon, surtout par son histoire et son grand dynamisme. On trouve tout à Villefranche et cette ville rayonne dans tout le beaujolais et jusque dans l’Ain.

Sur le plan ecclésial, cette spécificité caladoise s’inscrit avec un vrai dynamisme : beaucoup de curés dans l’histoire caladoise ont épousé leur peuple, d’ailleurs on le voit par l’importance que représente des écoles chrétiennes très anciennes.

Villefranche, ville jeune, est aussi une ville d’accueil : 35 % de la population est issue de l’étranger. Les rapports sont importants entre l’Eglise et les élus municipaux ou politiques, également entre l’Eglise et les services sociaux. C’est une ville qui se développe énormément qui est tournée vers l’avenir. Elle est à un carrefour de communications tant Nord-Sud que Est-Ouest par les autoroutes, le TGV, la Saône.
Pour les croyants, c’est un lieu béni pour la mission, par l’histoire de la vigne, de l’industrie et des commerces. Un vrai dynamisme !
Pour témoigner de la foi : la beauté de la collégiale répond à une communauté chrétienne pleine d’enthousiasme, de foi, et de témoignages.

Père, l’Eglise vous l’aimez passionnément, vous êtes pleinement dedans et un de vos leitmotiv est : « Seigneur viens renouveler en nous l’amour de l’Eglise » ?

St Paul décrit l’Eglise comme une personne : le Christ est la tête et nous sommes les membres de son corps, où chacun de nous est une cellule de ce corps. Il convient que chaque cellule soit en bonne santé, car nous savons qu’une seule cellule malade rend tout le corps malade… Et donc en Eglise tous les chrétiens sont solidaires.
Nous sommes appelés à aimer le Christ en même temps que tout son corps qui est l’Eglise. On ne peut séparer la tête du corps, sinon c’est la mort !
« Plus nous aimons le Christ, plus nous sommes appelés à aimer son corps qui est l’Eglise. Quand Jésus dit « aimez-vous les uns les autres » il nous invite à l’aimer en aimant nos frères. »

Propos recueillis par Martine et Yves Tricou, 24 novembre 2010

* CESI : Centre Enseignement Supérieur Industriel
* COURLY : Communauté Urbaine de LYon
* EAP : Equipe d’Animation Pastorale
* ERP : Equipe Relais de Proximité
* LEME : Laïcs En Mission Ecclésiale
* OCCAJ : Organisation Centrale des Camps et Activités de Jeunesse
* RCF : Radios Chrétiennes en France

 

 

 

Accès aux archives