Noël

Du latin natalis qui évoque la naissance. Le mot proviendrait du grec neos (nouveau) et hélios (soleil, lumière) et donc signifierait « nouvelle lumière ».

 

C’est ce qu’a voulu exprimer l’Église en fixant – en 353 ou 354 – la date de Noël au moment du solstice, quand rallongent les jours, quand revient plus de lumière ; le Christ dit lui-même: « Je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie. » (Évangile de saint Jean 8,12)

 

Dans nos paysages, de nombreuses églises ou croix des chemins sont situées à l’emplacement d’anciens sites païens. De même, Noël est situé à la date de fêtes païennes anciennes célébrant le rallongement des jours, par exemple le « soli invictis » (soleil vainqueur) des Romains.

 

Mais Noël, c’est le moment de la première révélation du Messie ; et pas à n’importe qui ; d’abord à des bergers des environs ; des petits, des méprisés, des pauvres, dans tous les sens du terme : économiquement, et aussi culturellement car par nécessité proches de la nature, ils savent bien qu’il y a « autre chose » ; c’est pour eux que vient le Messie, pas pour les comblés, les repus qui n’attendant rien, ne laissent pas de place en eux. Dans le Royaume il n’y a pas de place pour les riches, ceux qui ne veulent pas abandonner ce qui les remplit. Jésus rencontre un « jeune homme riche » et lui  dit ce qu’il faut faire de ses biens de toutes sortes pour entrer dans le Royaume, pour avoir la vie éternelle : « Va, vends, donne, viens, suis-moi ». (Évangiles de saint Matthieu 19,16-30, saint Marc 10,17-22, et saint Luc18,18-30) Le jeune homme s’en va tout triste ; il n’accepte pas la liberté que lui propose le Christ.

 

La révélation du Messie nouveau né est aussi pour les mages, (voir le mot du mois de janvier 2011) qui n’étaient pas des rois mais des savants, des personnalités importantes connaissant les rites, superstitions et  religions anciens. Dans ces mages se prosternant, c’est toute l’Antiquité historique qui s’efface devant la lumière nouvelle, au point que notre calendrier commence à ce moment précis, à cela près qu’on ne sait pas la ate de ce moment ; ce serait même 3 ou 4 ans plus tôt que la date retenue. C’est une anecdote ; est-ce important ? Cela change-t-il quelque chose au bouleversement qu’a apporté cet événement ? Bien sûr que non, d’autant que pour les Chrétiens, le Christ est présent tout le temps, et sa présence connaît une nouvelle naissance à chaque acte d’amour, à chaque mouvement de paix.

 

Accès aux archives