Marie-Cécile et Yves du Manoir

 

 

Avant de parler du spectacle sur les Béatitudes, un petit retour en arrière : d’où venez-vous ?

– Yves : je suis né à Madagascar, mon père était colon, puis ce fut Grenoble. Famille catholique pratiquante de cinq enfants. Après ma scolarité à la Tronche, j’ai fait maths sup/spé à Lyon puis l’école d’animateur théâtral. J’ai aussi été 11 ans dans le scoutisme.

Nous nous sommes mariés en 82 : déjà  30 ans !

– Marie-Cécile : née à Lyon d’une famille lyonnaise. Après avoir été trois ans en fac de bio, c’est mon professeur de biologie qui m’a permis de me rendre compte que je me trompais de voie!…  Donc j’ai fait comme Yves, l’école d’animateur théâtral. On s’est donc rencontrés : on aimait ce monde du spectacle.

Élevée dans une famille catholique, c’est cependant à Florence que tout a changé dans ma vie, devant le tableau : « la naissance de Vénus » de Botticelli, ce fut une révélation !

Nous avons cinq filles.

– Yves : je suis chanteur comédien avec mon orgue de barbarie : « la Compagnie du Rêve » pour les enfants, les familles, les maisons de retraite, les centres culturels, les écoles, les offices de tourisme… Etc.… Je suis artisan du spectacle et je crée des thèmes.

Je donne environ 80 spectacles par an et en plus j’assume tout le commercial !

– Marie-Cécile : je suis comédienne et metteur en scène. Je suis comme un chef d’orchestre ! Il a l’impulsion du spectacle, il sait ce qu’il veut faire, le son et la lumière, la musique, la vidéo… Mais il ne sait pas faire !

Yves m’aide: il est chef de plateau et il joue également.

J’ai un très gros spectacle tous les deux ans, par exemple ARS en 2010 où il y a eu 200 participants et 5000 spectateurs. Sinon j’ai 65 élèves à Pommiers  et je monte dix spectacles par an que j’écris.

Avez-vous un peu de temps pour vous ? …Et que faites vous durant ces moments ?

– Yves :

– Je fais du ski, de la marche seul, du chant… Mais j’ai tellement un «métier passion ! » j’ai pris trois ans de cours avec Mathilde. (École de musique de Villefranche)

– Nous allons en Thaïlande voir notre fille et sa petite famille sinon je passe du temps sur Skype pour les voir…

– Une retraite tous les deux chaque année…

– Puis j’adore la pêche aux crabes et aux maquereaux…

– Marie-Cécile :

– Malheureusement je ne peux plus faire de marche en montagne ou monter à  cheval à cause d’un accident…

– La lecture : théâtre, romans, philo/sociaux, poèmes, psaumes de Claudel…

– La priorité : beaucoup de temps au téléphone avec mes filles.

– Donnant des cours de théâtre aux Propédeutiques à ARS, j’ai repris des cours de Bible.

Racontez-nous ce fabuleux projet du spectacle sur les Béatitudes demandé par le père Barbarin pour tout le diocèse ?

– Marie-Cécile :

C’est lors du spectacle réalisé à ARS que le père Barbarin un a dit Yves « j’ai un projet… Ça peut intéresser votre épouse ? » Il désirait fêter Vatican II et la fin du Trienum. C’est donc un spectacle sur les Béatitudes tout en parlant de Vatican II que j’ai choisi !

Alors toute l’équipe doit se mettre au travail pour deux ans et jouera huit fois cet automne (250 participants). C’est le père Laurent Jullien de Pommerol qui s’occupe des chœurs. Et moi je me suis nourrie à la source : 10 cassettes CD du père Barbarin sur les Béatitudes, j’ai dévoré des bouquins… Il m’a fallu six mois d’incubation ! Et de là est né le scénario.

Ensuite j’ai contacté tous les gens qui allaient jouer et j’ai tenu à les rencontrer de suite : j’ai donc lancé mon réseau…

Voilà deux ans que tout a commencé.

Ensuite, j’ai écrit les dialogues en fonction des acteurs que j’ai vus par rapport à mon scénario. Tout est adapté à chacun personnellement, au terrain, à l’âge… Etc.

Je filme toutes les répétitions et ensuite je revois tout… !

Enfin j’ai cherché 20 professionnels pour les costumes, les décors, la musique, les sons et lumières, la vidéo, la scénographie, l’ambiance sonore…

Pour l’écriture, je me suis fait aider par des gens doués !

Il faut aussi chercher des sponsors, …mais c’est le diocèse qui s’en charge !

Donc le scénario, c’est l’histoire d’un peuple qui ne se parle plus que par ordinateurs, sms  ou portables…

Qui oubliait le VERBE est qui est donc  devenu muet… Indifférent.

Le Christ appelle : traversée du désert : les Béatitudes !

 

– Yves :

Moi je suis Moïse !

J’aide dans le projet pour les répétitions : une fois par mois actuellement. Puis ce sera tous les week-ends,  et enfin tous les jours !

Moïse : c’est un rôle de chef, c’est le rôle principal. Il est meneur,  il mène le peuple. (Pour l’instant Marie-Cécile change mon rôle tout le temps !) J’appréhende un peu, c’est un rôle-clé et puis… Je travaille sous les ordres de ma femme !

Quel message souhaiteriez-vous nous faire passer ?

– Yves :

On fait ce métier pour le bon Dieu. Le métier artistique est fabuleux pour « élever l’homme ! » : c’est un travail spirituel. On donne aux gens l’occasion de vivre une grande aventure communautaire, et d’être «tirés» vers le haut !

Le spectacle est un moyen moderne d’évangélisation. Là, on est vraiment au cœur des moyens modernes touchant autant les riches que les pauvres…On a la chance de pouvoir mêler notre désir de création et notre foi au service de la société.

– Marie-Cécile :

J’aurais peur jusqu’au bout !

Mais j’aurais une joie immense de voir chacun heureux de découvrir ses différences et j’aurais un grand bonheur car chacun peut donner son talent aux autres…

Tous ces spectacles chrétiens que je fais nourrissent énormément ma foi, renouvellent tout en moi…

Je pourrais ne vivre toute ma vie qu’avec des spectacles chrétiens, c’est merveilleux ! !

 

Propos recueillis par Martine et Yves Tricou le 21 avril 2012

Accès aux archives