Les anges – septembre 2011

Entrez dans une église baroque ; surchargés de dorures, on y est assailli par une multitude de petits anges fessus et joufflus et dont souvent le sexe ne fait pas de doute, même si la disputation sur le sexe des anges a fait couler beaucoup d’encre au point de devenir le symbole des discussions inutiles.

 

Dans les Écritures, les anges sont plus souvent décrits comme d’une grande beauté, irradiant de lumière, perçus parfois sous forme humaine, ce qui a donné libre cours à un anthropomorphisme que rien dans les Écritures ne favorise ; on leur a même organisé une hiérarchie, comme dans l’armée : les anges et les super anges, aussi appelés archanges.

 

En revanche, dans la peinture et la sculpture on les reconnaît aisément : ils ont des ailes, (Isaïe 6,2-4) et parfois ils volettent harmonieusement dans les coins d’un tableau. Ils font partie d’un certain folklore, proche parfois de la superstition, au point que Saint Paul dans la lettre aux Colossiens met en garde contre un attachement excessif aux anges qui pourrait nuire à la fidélité au Christ. (Col 1,15 ; 2,15). Il faut remarquer que dans la profession de foi des chrétiens le «CREDO », il n’ est pas demandé de croire aux anges – comme à beaucoup d’autres choses d’ailleurs, ce qui ne signifie pas qu’elles n’aient pas de sens -. Ils n’ont donc pas de rôle fondamental, la place qui leur est donnée diminuant à mesure de l’implantation du christianisme ; cette religion, comme le rappelle incessamment le Pape Benoît, est intimement liée à la raison. Les extra-quelque chose, les supra-merveilleux n’ont que peu de rapports avec la Foi. Le surnaturel, dont on fait tant d’usage, n’est pas chrétien. Dieu a créé le monde visible et invisible ; ce qui veut dire clairement que des choses ou des événements invisibles sont tout aussi naturels que ce qui est visible.

 

Pour ce qui est des anges, il y a une constante : ils annoncent toujours quelque chose. Et souvent un événement fondamental, qui va changer la vie de ceux qui reçoivent l’annonce.

 

L’annonce à Marie de son rôle futur de mère du sauveur ( l’Annonciation ) la bouleverse et bouleversera sa vie, comme la vie de l’humanité. Joseph aussi est visité pour comprendre la mission de Marie et pour organiser la fuite en Égypte. Saint Pierre, que le Christ instaurera comme le premier responsable de l’Église  en lui disant : « Je te donnerai les clés du royaume, » (Évangile de Matthieu, 16,19 ) perçoit aussi la présence d’un ange quand, prisonnier, il réussit à s’échapper. On pourrait citer presque à l’infini des interventions de ces anges, par exemple quand les Mages, ayant apporté au nouveau né dans la crèche, l’hommage des anciennes croyances, sont avertis « en songe » de ne pas aller voir Hérode qui cherche à supprimer Jésus. Que font-ils alors ? Ils repartent par un autre chemin ; autrement dit, leur vie prend une autre direction. Les anges annoncent un changement de vie.

 

Les anges existent donc, par les conséquences de leurs annonces. Pour autant on n’en rencontre guère dans nos rues. La Bible en parle toujours dans des songes, des visions, comme le résultat de méditations ou de brusques révélations. Ce sont des révélateurs, des porteurs de message, des moyens par lesquels Dieu rend plus intelligible son dessein, son projet de salut (son mystère).

 

Peut-être avez-vous déjà éprouvé, dans la semi-torpeur qui au petit matin précède le réveil, que des évidences nous apparaissent, des solutions simples à des problèmes que nous avions en tête. Cette activité du cerveau qu’on appelle les « ondes alpha », ressemble à la manière dont les anges se manifestent. Tout devient clair, évident, lumineux ; la lumière aussi est une manière pour les anges de se manifester : « Il avait l’aspect d’un éclair et sa robe était blanche comme neige ». ( Évangile de Saint Matthieu, 28,3)

 

Ange. Du latin angelus, dérivé du grec aggelos, (aggelos Kuriou : l’ange du Seigneur) traduit de l’hébreu maleak : messager.

 

Les anges sont une manière imagée de dire que quelqu’un a perçu une vérité de Dieu ;

ils sont symboliquement chargés d’initier les humains à la connaissance de Dieu.

( Zacharie1,7-6,15 et Daniel 10,13-21).

 

Les anges sont des artifices littéraires destinés à exprimer le caractère divin d’un événement ou d’une parole. (Louis Monloubou Dictionnaire Biblique Abrégé – Desclée 1988 p. 17)

 

 

 

 

Accès aux archives