Le Verbe – avril 2011

Qu’est-ce donc que ce Verbe, cette parole ? en grec, elle se dit logos ; cela signifie à la fois parole, loi, raison. Ce qui a permis au Pape Benoît dans son discours de Ratisbonne le 12 septembre 2006, de rappeler que la foi est du domaine de la raison. Oui il est raisonnable de croire : « Ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. La foi est le fruit de l’âme, non pas du corps ».

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu » dit Saint Jean, reprenant le début de la Genèse, le récit qui ouvre l’Ancien Testament.
Et il ajoute : « Et le Verbe s’est fait chair, et il a demeuré parmi nous ». Le Christ, est venu pour accomplir dans le monde la nouvelle alliance de Dieu avec son peuple ; et au jour de son baptême, l’esprit de Dieu vint sur lui (la célèbre colombe !) de même qu’ au commencement de la création, « l’esprit de Dieu planait sur les eaux ».

Ce Verbe qui a demeuré parmi nous, c’est le Christ évidemment ; Dieu fait homme, Dieu venu dans l’homme, Dieu incarné (du latin in carne : en chair). Le Christ est le Verbe de Dieu. Et d’une certaine manière, quand on dit que le Christ est vivant malgré la mort, on peut le constater puisque sa parole, la parole de Dieu, est toujours vivante, puisque des millions d’êtres humains en vivent. Le Pape Benoît fait remarquer que « dans l’année 2009, il y a eu dans le monde dix-sept millions de nouveaux chrétiens, autant que le population de la Grèce et de la Suisse réunies » ( Benoît XVI Lumière du monde Bayard.)

Le Verbe s’est fait chair, ça veut dire aussi : « il a porté du fruit » : ce n’est pas une parole vide, mais porteuse de vie . C’est à peu de choses près ce que disait Ignace de Loyola aux Jésuites qu’il a fondés : « Nous devons être des contemplatifs en action ». Penser, oui, mais pour faire. Sinon, c’est stérile. C’est un peu cela, le Verbe : il est source de vie, il mène à l’action, il est incarné, la parole prend chair, comme on le dirait de l’idée qu’un artiste mène à son terme sur une toile ou dans la pierre. Par son Verbe, Dieu nous parfait.

La parole s’envole, les écrits restent, si l’on en croit un dicton ; en latin, « verba volant, scripta manent ». Mais la parole de Dieu, elle ne s’envole pas, parce qu’elle est désormais, par le Christ vivant écrite dans notre chair : « la terre et le ciel passeront, mais mes paroles (la parole de Dieu) ne passeront pas ». (Évangile de Saint Marc 13,31)

 

La Bible utilise souvent un langage poétique ou symbolique qui peut nécessiter une explication et parfois un « décodage ».
Chaque mois, dans cette rubrique, un mot sera présenté dans un langage courant, plus accessible à ceux qui ne sont pas familiers de l’Église.

 

Vous souhaitez nous suggérer d’autres mots ?
Contact : Alain de Guido, 04 74 60 05 17

 

 

Accès aux archives