Le Carême – février 2011

Du latin quadragesima = quarante. Ce sont les quarante jours de l’attente heureuse de Pâques, comme l’Avent était le temps de l’attente heureuse de Noël. Le Carême, c’est l’attente du surgissement de la vie.

Pourquoi quarante jours ? Dans la Bible, quarante est le nombre qui exprime l’éternité, la longue durée ; à l’échelle de l’Homme, puisque le temps n’est pas une dimension de Dieu qui est par nature éternel, infini, incréé.

Au fil de l’histoire – parfois mouvementée – de l’Église, le Carême est pour certain devenu un temps de pénitence, de macération, de jeûne, de mortification. Mais où est-il écrit que Dieu nous veuille souffrants, tristes, arborant des « faces de Carême » ? Nietzsche écrivait qu’il croirait en Dieu « quand les chrétiens auront des visages de ressuscités ».

Et si le Carême c’était autre chose ? Déjà l’Ancien Testament nous donne le sens , par Esaïe (58-3,8 in « Psaumes » de la Communauté de Jérusalem) :
« Or, les jours de jeûne, vous traitez des affaires et vous opprimez tous vos ouvriers, vous jeûnez dans la dispute et la querelle… Ce ne sont pas ces jeûnes-là qui feront là-haut entendre vos voix… Ne savez-vous pas le jeûne qui me plaît ? »

Et Jésus précise : (Mathieu 6-16,18 TOB) :
« Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre comme font les hypocrites… Pour ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais seulement à ton Père qui est là dans le secret ».

Le Carême, pour l’ Église est un temps privilégié du rapport à Dieu ; on jeûne de tout ce qui nous attache au « monde », pour nous concentrer sur la relation à Dieu ; c’est un temps d’approfondissement, de méditation, qui n’a rien de formaliste comme la privation de nourriture ; car si la privation de nourriture avait une valeur spirituelle, quarante jours, ce serait bien peu.

Le Carême, c’est – ce devrait être – un temps pour changer d’état d’esprit, un temps de conversion.

 

La Bible utilise souvent un langage poétique ou symbolique qui peut nécessiter une explication et parfois un « décodage ».
Chaque mois, dans cette rubrique, un mot sera présenté dans un langage courant, plus accessible à ceux qui ne sont pas familiers de l’Église.

 

Vous souhaitez nous suggérer d’autres mots ?
Contact : Alain de Guido, 04 74 60 05 17

 

Accès aux archives