Equipe funérailles : témoignage d’Aline

Il y a 7 ans j’ai été sollicitée par une de mes amies, pour intégrer une équipe d’accueil des familles en deuil, dans une paroisse de Lyon où j’habitais alors.

J’ai hésité pendant un an, car cette mission de service en Eglise me semblait bien difficile à assumer. Je ne me sentais pas capable.

Et en effet je ne l’étais pas. En tout cas pas si je me basais uniquement sur mes propres forces et compétences.

 

Cependant j’avais envie de servir. Je l’ai presque toujours fait depuis l’âge de 18 ans, que ce soit dans les conférences St Vincent de Paul, les APEL association de parents d’élèves, le catéchisme pour les enfants, les kermesses paroissiales…Il y a 7 ans je n’avais aucun engagement de service, mis à part au sein de ma famille.

 

Aidée par l’équipe d’accompagnement des familles en deuil et par une formation au centre diocésain de Lyon, j’ai finalement accepté de me lancer.

Je voudrais tout de suite ajouter que la plus grande aide, en tout cas la plus constante, a été obtenue par l’Esprit Saint, dans la prière.

Cette aide se renouvelle chaque fois que je reçois une famille dans la douleur d’un deuil, et prépare la célébration.

 

Si au départ de mon engagement ma motivation était de donner quelque chose et de témoigner de ma foi en annonçant l’Evangile de Jésus-Christ, aujourd’hui avec près de 6 ans de recul, si j’ai pu servir et aider les familles que j’ai rencontrées, j’ai aussi et peut-être surtout beaucoup reçu :

 

J’ai appris à écouter et à entendre.

J’ai appris à compatir c’est-à-dire à manifester la tendresse du Christ, sans jamais juger car chacun a son parcours, à sa vitesse.

J’ai appris à me faire l’écho de l’Evangile de Jésus-Christ, en toute humilité car je ne suis qu’un instrument entre Ses mains.

Oui, j’ai beaucoup appris, même si parfois des maladresses peuvent m’échapper.

 

J’ai surtout, à chaque rencontre avec les familles qui m’ont parlé de leur défunt, compris et ressenti très fortement et même parfois violemment, qu’en chacun d’eux le Christ avait laissé sa trace. Quand on relit la vie du défunt à la lumière de l’Evangile on comprend que le Christ est là auprès de chacun. Dans chaque vie le Christ est présent, j’en suis convaincue.

C’est, à mon sens, un signe très fort que l’on peut croire en la résurrection de chacun et en la vie éternelle : A la suite de Jésus-Christ, Dieu qui s’est fait homme, qui a souffert, est mort,  est ressuscité et qui est vivant pour toujours.

 

Alors, si souvent les familles nous remercient, aujourd’hui c’est moi qui les remercie.

 

Et si vous, qui avez envie de servir, d’être dans l’Eglise, et non pas seulement spectateur ou consommateur, mais ne savez pas bien que faire…

Alors oui, vous, je vous invite à réfléchir, et à oser. « N’ayez pas peur » nous redisait Saint Jean-Paul II.

Venez vous renseigner plus à fond auprès d’un membre de l’équipe d’accueil des familles en deuil et auprès de votre curé le Père Jorge. Nous pourrons vous aider et nous vous inviterons à partager notre expérience, nous vous enverrons en formation si vous vous sentez bien dans cette mission de service. Et comme beaucoup avant vous, vous vous lancerez avec l’aide indéfectible de l’Esprit Saint.

Vous pouvez nous contacter par l’intermédiaire de la cure.

Aline Gravier, novembre 2014

Accès aux archives