Edito

Dimanche 19 mai 2019 – 5ème dimanche de Pâques

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13,31-33a.34-35.

« Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

L’Amour fraternel. Nous avons enfin la clé de tout l’enseignement de Jésus à ses disciples. Il s’agit de la chose la plus évidente et pourtant la plus difficile : l’Amour.

Le mot est piégé car « on aime » avec le même mot sa femme, ses enfants, ses amis, le chocolat ou les vacances. Nous voyons bien que chaque utilisation déploie un champ lexical bien différent.

Jésus utilise le mot « aimer ». Dans nos traductions en allant faire un tour dans la bible grecque, le terme employé est l’AGAPE, c’est-à-dire l’amour du frère ou fraternel.

Il nous faut préciser ce que revêt ce lien entre frères ; il n’y a ni de « l’Eros » ni du « philia » dans ce type d’amour, comme le précise Platon. Il n’y a ni la force créatrice de l’amour érotique, ni la réciprocité attendue ou recherchée dans l’amour filial ou d’amitié.

L’Agapé est un lien désintéressé, l’amour pour l’amour. C’est un acte de charité principalement qui a pour objet et finalité l’autre. L’énergie déployée par l’Agapè doit faire grandir l’autre et lui permettre de se déployer dans toutes les dimensions humaines et spirituelles.

L’Amour fraternel, est un acte qui nous décentre au profit du frère et ce frère nous le recevons par le baptême et non par le sang.

En ces jours où plus que les autres, nous découvrons notre filiation divine, nous devons exercer notre amour fraternel à la suite du commandement du Christ : nous serons reconnus disciples à l’amour fraternel que nous saurons avoir pour nos frères.

Forts de ce commandement, il nous appartient maintenant de le faire vivre et de manifester cet amour désintéressé à un de nos frères. Ne pourrait-on pas prendre la résolution d’avoir cette sollicitude pour un de ces membres éloignés de l’Église que nous connaissons et de lui montrer peu à peu avec toute la patience et l’énergie nécessaires, qu’il est aimé de Dieu, et que Dieu l’attend avec ses frères pour son plus grand bonheur.

Voilà une manière concrète et efficace de faire grandir l’Église et l’amour fraternel entre nous.

Jorge JIMENEZ

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Pensée du pape François  

Simplement, Jésus a dit cela : « Je suis la porte » je suis le chemin pour nous donner la vie. Simplement. C’est une porte belle, une porte d’amour, c’est une porte qui ne trompe pas, elle n’est pas fausse. Elle dit toujours la vérité. Mais avec tendresse, avec amour.