Diane d’AZAMBUJA

Diane, merci de nous accueillir dans ta maison et de te présenter.

Je suis l’aînée d’une famille de quatre enfants, catholique pratiquante. Je suis née à Versailles, et ai pas mal déménagé pour suivre les changements professionnels de mon père : 10 ans à l’Ouest de Paris à côté de Meulan, sept ans en Provence près d’Arles, un an à Dreux et retour en région parisienne, à l’Est cette fois, au Perreux sur Marne. Après le lycée je suis partie faire les Beaux-arts à Angers.

Je me suis mariée avec Xavier en 98, il terminait son école d’ingénieur des travaux publics, et moi j’ai du coup poursuivi mes études artistiques à Paris par une année à l’école Boulle. Le travail de Xavier nous a amené à souvent déménager, Paris, puis Nantes, puis Foix, St Nazaire, et enfin Villefranche il y a 6 ans. Xavier suit des chantiers dans le sud-est de la france pour une société basée à Dijon… Il fait beaucoup de kilomètres…

Nous avons cinq enfants, 4 filles et un fils.

J’ai toujours dessiné, et enceinte de mon premier enfant, je me suis lancée dans le dessin sur commande: Des maisons, mais surtout beaucoup de portraits. (Pierre noire, sanguine, pastel…). J’aime le croquis, le dessin sous toutes ses formes, mais particulièrement le modèle vivant, le corps. La couleur est arrivée tard dans mes dessins.

 

Quels sont tes hobbies ?

– J’ai cinq enfants qui me prennent beaucoup de temps.

– J’ai fait de l’équitation, du tennis, j’aimais courir…mais je ne fais plus tout ça depuis que je suis maman…

– Mais surtout, beaucoup de bénévolat, ce qui m’a fait connaître plein de monde !

– Notre maison qui était à retaper: Je suis très bricoleuse, très manuelle et je suis capable de me lancer même dans un «truc» que je ne sais pas faire !

– Je lis toujours le soir, plus ou moins longtemps suivant la fatigue.

 

Au sein de l’église quels engagements ?

 – Un premier grand engagement, ma confirmation à 15 ans, un an après qu’on me l’aie proposée à l’école. Ce fut une vraie démarche personnelle.

– Cheftaine de Louveteaux durant cinq ans : ça m’a forgé un esprit de service pour la vie ! Servir les autres, Dieu, l’Eglise en m’occupant de 30 enfants…très formateur !

– A Nantes, nous faisions partie avec Xavier d’un groupe de jeunes professionnels (on m’y avait demandé de créer la décoration de « Cap Espérance », un grand événement diocésain…un challenge !).

– A Foix, Xavier et moi avons animé les chants à la messe, j’ai trouvé cet exercice difficile.

– A St Nazaire, l’Apel de l’école des enfants, animation d’un groupe de jeunes avec un jeune diacre, j’en garde un très bon souvenir. Et je participais au partage d’Évangile pour les enfants, il y avait un roulement parmi les parents concernés.

– Et dès mon arrivée à Villefranche, je me suis engagée dans L’APEL à Mongré, puis soutenue par notre nouveau curé, Geoffroy Genin, arrivé en même temps que nous, j’ai redémarré un partage d’Evangile pendant la messe de Notre dame des Marais pour les enfants, il y avait une demande des familles, et le nombre d’enfants n’a cessé de croître depuis. Je m’occuppe aussi de l’éveil à la foi en maternelles à Mongré.

– Un grand moment il y a deux ans, le pélerinage des mères de famille à Cotignac : J’ai eu du mal à me décider à partir, j’étais très fatiguée, découragée de beaucoup de choses, et j’ai été transformée, régénérée,  depuis ma vie est différente, je suis rentrée apaisée, confiante, convaincue que Dieu prend soin de moi !

 

 Le Progrès t’avait surnommée « la dame du dimanche », dis-nous comment ?

J’ai été interviewée sur le partage d’évangile que je proposais aux enfants par une journaliste à la sortie d’une messe avec le Cardinal Barbarin, et je me suis retrouvée en photo, pleine page, surnommée « la dame du dimanche », ça me colle à la peau depuis !

J’ai beaucoup cheminé grâce à ce partage d’évangile, en suivant Jésus de dimanche en dimanche, de plus en plus motivée, en découvrant quelle belle personne il est, quelle beau chemin il nous montre. Cela m’a complètement transformée…En expliquant aux enfants l’Évangile, je l’ai redécouvert. J’ai été obligée de lire, comprendre, chercher, expliquer simplement…un exercice très enrichissant !

J’ai bénéficié d’une journée de formation proposée par le diocèse : Gestuation, coloriage, chants….et décors, personnages, Playmobils…. ça a été le déclic playmobils !C’est étonnant de voir les enfants captivés par l’Évangile dès qu’il est raconté avec les Playmobils, magique !

Quand je ne fais pas de partage d’évangile avec les enfants, ça me manque, je ne vis pas la messe aussi intensément. J’ai vraiment reçu énormément. Jusqu’à maintenant j’étais seule, mais parfois d’autres mamans viennent m’aider, et elles ont plein d’idées ! Je ressens le besoin maintenant de faire intervenir d’autres personnes, d’autres façons de faire…et j’aimerais tellement que d’autres reçoivent autant que j’ai reçu ! Un jour une de mes filles m’a demandé si j’étais sûre que Dieu existe. J’ai dû lui répondre honnêtement, un peu perplexe, que non, je ne pouvais en être sûre….je crois, je ne suis pas sûre…alors elle m’a dit très convaincue: «  En fait, l’important c’est d’espérer ! ». la vérité sort de la bouche des enfants…

 

Pour Noël, que penses-tu faire ?

 Ici à Villefranche, il manque une présence chrétienne dans la rue au moment de Noël, et Notre-Dame est tellement bien placée, au cœur des achats de Noël…Donc on va faire un Marché de Noël sur le parvis de Notre-Dame ! Il faut que la paroisse soit bien visible, qu’on voit que Noël est une fête importante pour nous, et qu’on  rappelle que Noël est une fête chrétienne, une belle fête qui a du sens !

On va faire des ateliers avec toutes les bonnes volontés, rue Claudius savoye, pour fabriquer des couronnes de l’avent, des bougeoirs, des santons, des décorations de sapin… Etc. À partir de matériaux très simples. Nous les vendrons au profit de la branche ATD quart monde de Villefranche qui anime la bibliothèque de rue   et la chorale (femmes seules, isolées, mélange de personnes de tout styles).

Et puis les enfants iront chanter des chants de Noël sur le parvis et dans les maisons de retraite, des adultes viendront chanter aussi, des musiciens…il y aura même des vitrines de Noël rue Roland, et une exposition de crèches dans Notre Dame ! C’est un projet qui va bientôt démarrer, et qui se fera les quatre samedis de décembre.

 

Qu’aurais-tu envie de dire aux paroissiens ?

 Souriez !

 On a l’Eglise qu’on mérite ! C’est donc à nous de FAIRE notre Eglise …plutôt que de critiquer ! Chacun peut y trouver une place selon ses dons. Nous avons une très belle paroisse, dynamique, où toutes les générations s’enrichissent mutuellement.

Propos recueillis par M. et Y. Tricou

Accès aux archives