Comme

« On dirait que tu serais Zorro et moi le sergent Garcia…On dirait qu’on serait Robin des Bois et le prince Jean… »

 Les enfants jouent, et les rôles étant partagés, ils font « comme si ». Ils savent bien n’être ni Zorro ni Robin des Bois, mais ils font «comme si ».

 Jean-Paul Sartre, pour observer les phénomènes sociaux ou politiques, adoptait la même démarche : « tout se passe comme si…». Cette position d’observation sert souvent en recherche scientifique, et surtout en sociologie et en ethnologie.

 C’est ce mot, « comme », qui est important. Du mot latin « quomodo », venant de quo = quoi, et modo = à la façon de.

 Ce mot  permet la comparaison, il permet de comprendre rapidement une situation ou un événement, parce qu’on utilise une image que chacun connaît.

 Ce qui prouve que l’événement en question ne s’est pas passé réellement de la manière décrite, mais comme si. Au Baptême du Christ par saint Jean-Baptiste, l’Esprit Saint est descendu sur Jésus « comme » une colombe. ( Évangile de saint Matthieu, 3,16). Cela nous dit que chacun a perçu ce mouvement souple, fluide, léger ; que chacun a ressenti un léger bruit à l’intérieur de soi-même, car « le Seigneur n’est pas dans la tempête mais dans le murmure » (1 Rois, 19,12). Pour exprimer le ressenti de cette douceur, de ce murmure, on parle d’un vol de colombe.

 

Autre événement : la Pentecôte ; sur les disciples apeurés, absents du Golgotha, cloîtrés dans la chambre haute, l’Esprit Saint vient « comme » des langues de feu (Actes des Apôtres, 2,3) ; ce qui veut dire  que ce n’étaient pas des langues de feu mais que l’événement lui-même et surtout ses conséquences ont fait penser à des langues de feu.

 

A contrario, quand il s’agit d’un événement évident, d’une réalité, le mot « comme » disparaît, et dans les Écritures, les exemples sont innombrables :

 

« Je le déclare, vous êtes des Dieux, vous êtes tous les fils du Très haut ». (Psaume 82/81,6) On ne nous dit pas vous êtes « comme ».

 

Et plus tard, Jésus confirme : « N’a-t-il pas été écrit dans votre loi : j’ai dit vous êtes des Dieux ? » (Évangile de saint Jean, 10,34). Jésus ne dit pas vous êtes « comme » des Dieux.

 

Dans la Bible et dans la liturgie de l’Église, les choses identiques ou semblables sont introduites par l’expression : « de même », par exemple dans la liturgie de l’Eucharistie : « De même, à la fin du repas, il prit la coupe… »

L’art du Moyen-Âge jusqu’au XVIII° siècle, pour pouvoir dessiner ou peindre par exemple le Baptême de Jésus, a utilisé la colombe, provoquant ainsi le contresens, car on oublie qu’il ne s’agit que d’une convention, un moyen d’illustrer, on oublie le « comme » , parce qu’on voit la colombe ; l’Eprit Saint lui, n’est guère visible, autrement que par une symbolique pas forcément esthétique : la « nuée ». Ce mot marque toujours dans la Bible la présence de l’Esprit Saint, à la Transfiguration, à l’Ascension… On voit souvent sur les tableaux religieux anciens des sortes de nuages façon coton hydrophile ; mais c’est évidemment moins « présentable » qu’une colombe ou des langues de feu. C’est pourtant la même chose, avec cette différence que la nuée survient quand une réalité est masquée pour faire place à une autre.

 

À l’Ascension, Jésus disparaît à ses disciples dans une « nuée (qui) vint le soustraire à leurs regards ». (Actes des Apôtres 1,9), ce qui signifie qu’il n’est plus visible que par l’Esprit Saint qui seul nous le rend présent. Au contraire, au Baptême du Christ ou à la Pentecôte, il ne s’agit pas de masquer, mais de révéler, ce qui explique peut-être l’utilisation d’images précises pour faire comprendre.

 

Les images, colombe ou langues de feu, peut-être aussi les miracles, ont souvent conduit à penser que la Foi est du domaine du surnaturel, du merveilleux presque impossible. Quelqu’un disait un jour : « les chrétiens sont des gens qui en se levant le matin, ont déjà réussi à croire à une vingtaine de choses impossibles ». À cela on a longtemps répliqué que rien n’est impossible à Dieu, puisqu’il est « TOUT-PUISSANT ».

 

C’est oublier que Dieu n’est Tout-Puissant que d’amour, que l’amour laisse libre, et que par conséquent, le reste nous concerne.

 

La Foi, et tout ce qui en découle (les miracles notamment) n’est pas du domaine du surnaturel, mais du domaine de la raison, comme nous le rappelle l’Évangile de saint Jean (1,1) : « Au commencement était le Verbe ». Le mot verbe vient du grec « logos » qui signifie parole, loi, et raison.

 

Oui il est raisonnable de croire, le pape Benoît ne cesse de le rappeler. 

Accès aux archives