Carole et Frédéric Simon

simon

 

Carole et Frédéric, vous êtes ici à Villefranche depuis quelques années, pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes arrivés ici en 2003. Moi Carole, je suis ch’ti / Colombienne ! et Frédéric est natif de Bar-le-Duc. Il a fait un IUT de gestion et travailla à NANCY pour France 3. Après des études d’infirmière j’ai travaillé en neurologie à Lyon. Mariés en 2001, nous nous sommes installés à Lyon et Frédéric est venu me rejoindre à Lyon. Puis changement de travail pour tous les deux : Frédéric est aujourd’hui dans un laboratoire à St Georges de Reneins et moi en bloc-opératoire à l’hôpital de Villefranche.

Nous avons 4 enfants de 8 à 2 ans dont 3 sont scolarisés à Mongré.

Nous sommes heureux à Villefranche, c’est une ville moyenne à taille humaine, on y trouve tout, c’est une ville verte, et l’autoroute est à 5 minutes de chez nous… Nous avons plein d’amis. La paroisse est très vivante avec aussi beaucoup d’enfants.
Pour nos vacances familiales nous allons à Montpellier car, sinon, ici, la vie intense ! Travaillant tous les deux avec nos 4 enfants, c’est un peu la course ! Le soir Frédéric cuisine des gratins pour la petite famille et passe aussi l’aspirateur !

Notre détente : mettre les enfants chez les grands-parents durant les vacances scolaires, ou parfois un week-end pour aller faire du ski… Donc, les vacances : c’est la fête pour tout le monde ! Le dimanche nous allons faire du vélo sur la voie verte ou promenade en famille à pied.

Frédéric lit revues et bouquins.
Carole fait du vélo avec une collègue et joue au badminton. Sinon le premier samedi du mois, avec 8 couples, on s’organise une soirée de détente sans enfants : ciné, bowling, etc. et gâteaux !

Quels sont vos engagements au sein de l’Eglise ?

* Moi, (Frédéric), pour l’instant je m’engage tout seul !

* Carole : éveil à la foi en paroisse et à Mongré.

* J’aide Diane pour le partage d’évangile à la messe dominicale.

* Je suis à l’APEL à Mongré.

A la messe, au début j’y allais seule, puis Louise, puis Antonin, puis les deux autres ont désiré m’accompagner. Je ne les ai pas forcés. Ils aiment le partage d’Evangile, ils sont de plus en plus sages. Ils comprennent de mieux en mieux la messe et, c’est amusant, ils font comme font les gens : ils restent debout ou s’agenouillent, être enfants de chœur commence à les interpeller.

J’ai été élevée dans ces valeurs chrétiennes et c’est notre choix à tous les deux. Aujourd’hui on leur explique, on discute. Pour nous c’est important notre foi. Tout ce que je transmets aux autres enfants, je veux aussi le transmettre à mes enfants…
Il y a des moments difficiles parfois pour nous, surtout quand nos enfants gênent l’assemblée.

Carole, explique-nous l’éveil à la Foi ?

Il y a cinq rencontres par an le samedi matin pour une trentaine d’enfants. Nous sommes six animatrices avec le Père Jean-Marc Trambouze. Nous regroupons les tout-petits avec les CE1 dans la chapelle rue Claudius Savoye. Suivant le thème, les enfants participent matériellement. On commence par des ateliers, puis c’est le temps de la parole avec le Père, on chante beaucoup…

Avec les CE1 le mercredi on travaille 5 thèmes communs: – Tous ensemble, – De la mort à la vie, – La lumière, – Jésus vient, – La messe.

Les enfants sont captivés et ils sont fidèles.
Je fais aussi de l’éveil à la Foi à Mongré.

Et l’APEL à Mongré ?

C’est ma deuxième année, je suis dans la commission Fêtes (Noël, Carnaval…). J’aide aussi les autre commissions : – Livres, – Fournitures, -Pastorale, – etc.
J’écris ou je rédige la « lettre de Mongré » quatre fois par an, qui est envoyée à tous les parents.

Frédéric dis-nous ton chemin de Foi ?

Mes parents m’ont fait baptiser bébé, mais j’ai reçu très peu d’éducation chrétienne car ils ne pratiquaient pas et je ne suis pas allé au caté.
En 4ème, collège privé avec un peu de catéchèse,…mais pas de déclic.

J’ai rencontré Carole qui m’a laissé complètement libre. Notre mariage à l’Eglise ne m’a posé aucun souci car je savais que Carole y tenait, c’était pour moi une preuve d’amour. Puis, petit à petit, je me suis posé des questions, et je me suis fait « chatouiller » par mes beaux-frères !

Avec le baptême de mes enfants, je m’interroge encore plus : je choisis de faire baptiser mes enfants et de les mener sur les chemins de la Foi chrétienne, je me sens en porte-à-faux !

Puis première communion de Louise suivie du décès de notre petite Juliette, prématurée… Célébration pour notre petit ange qui m’a rapproché beaucoup de Carole, de sa Foi… Malgré notre grande douleur, cela a été un moment formidable pour nous deux…

Juin 2010 : grand déclenchement, à un dîner chez des amis avec le Père Geoffroy, me sentant en confiance, j’ai annoncé que je ne communiais jamais… Tous m’ont, alors, interpellé et j’ai accepté de préparer ma première communion. Depuis septembre : parcours de catéchumène, j’ai reçu « l’appel décisif » par Monseigneur Barbarin à Saint Jean. Puis j’ai écrit et lu mon « Credo » à une messe du dimanche à Notre Dame des Marais et j’ai fait ma première communion lors de la veillée Pascale.

Quel message pour ceux que vous rencontrez ?

Pour moi, Carole, être chrétien pratiquant : c’est bien, mais surtout il faut vivre sa foi, il faut la partager
Aujourd’hui, c’est difficile de dire je crois et je pratique : oui il faut la montrer … et partager ma foi avec les autres, m’aide dans ma propre foi.

Pour moi, Frédéric, il ne faut pas avoir peur d’être chrétien, il faut en être fier, et voici mon Credo :

Mon Père, Edouard, Philippe, Carole, Louise, Antonin, Léopold, Suzanne, devant vous tous ici rassemblés, je vous affirme croire en ce que la Sainte Eglise Catholique nous enseigne.

Je crois en Dieu parce que J’ai senti sa main se tendre lentement vers moi.
D’abord en recevant le Baptême il y a bientôt 40 ans, puis au travers de petits signes, parfois si petits que je ne les ai pas compris sur le moment.

C’est d’abord un ami qui gentiment vous provoque en vous disant « allez, je suis sûr que tu n’es même jamais rentré dans une Eglise pour assister à une messe du dimanche » …et par défi je l’ai fait.

Un autre signe un peu plus fort celui- là, cette sensation à chaque fois que j’entre dans une église de me sentir protégé et en sécurité, entouré de quelque chose …sans doute de la présence de l’Esprit Saint.

Enfin ce sont des signes plus forts comme ce mois de juin, l’année passée, où se sont succédé 2 évènements plus forts :

Le premier au cours d’un repas entre amis et en présence du Père Geoffroy, au détour d’une conversation, j’ai déclaré à la surprise générale que bien qu’allant à la messe assez régulièrement, je ne communiais pas.

Le second, dans les mêmes moments, est venu de mes enfants qui m’ont interrogé : « Papa pourquoi vas-tu à la messe le dimanche et que tu ne reçois pas l’eucharistie ?»

Au travers de ces quelques exemples, Dieu et moi…et lui bien avant moi…. avons compris qu’il nous faudrait du temps pour faire le chemin l’un vers l’autre mais aujourd’hui c’est sûr je vous le dis …. Je crois en Dieu et en Jésus Christ son fils unique.

 

 

Accès aux archives