Anne-Laure Buisson Eteno-Dondia

Anne-Laure

 

Anne-Laure : on te voit surtout à Béligny car tu animes les chants depuis quelques temps… quel est ton parcours ?

Je suis Savoyarde de Saint Jean de Maurienne, fratrie de 3 et parents très engagés dans leur paroisse. A dix ans, une religieuse m’a formée à la direction et je chantais aussi dans une petite chorale. A dix-sept ans, je me suis mise à l’orgue et à la guitare.

Après des études de psycho, j’ai continué d’autres études pour être enseignante. Actuellement, je suis directrice de l’école de Blacé.

En 1997, lors des JMJ en France, j’ai pris la responsabilité d’accueillir à St Jean de Maurienne des Africains et Italiens. Après celles de Rome en 2000, démarrage d’un groupe de jeunes musiciens. Puis F.E.J. (Formation Ecclésiale Jeunes) formation pour les vingt-trente ans d’un week-end par mois à Taizé, Hautecombe…et insertion en paroisse.

Lors d’une relecture de vie d’un de ces week-end, j’ai été appelée à partir avec la D.C.C. (Délégation Catholique pour la Coopération)deux ans au Maroc comme bénévole, pour former des enseignants et aussi pour aider dans un orphelinat : expérience vraiment extraordinaire !
Puis, je suis restée à la Mission française, toujours au Maroc, 4 ans comme institutrice. Une fois là-bas, j’ai créé une chorale pour la paroisse avec beaucoup d’Africains : ce fut très riche pour tous !

De retour en France : je veux absolument être à la campagne, je fais le choix du Beaujolais et je m’installe à Belleville.

Je commence par faire des remplacements et je quitte Belleville pour Villefranche en 2008 où je découvre la paroisse Sante Anne des Calades.

Béligny nous a attirés par son accueil et la proximité de son église.

Bientôt un heureux événement… avec Fabrice que vivez-vous ?

Oui, la naissance est prévue pour fin mai, c’est une grande joie et ce sera une petite fille*!

J’ai rencontré Fabrice en 2008 et nous nous sommes mariés l’an passé. Fabrice est natif du Gabon et il est venu en France il y a 14 ans.

Tous les deux nous sommes très engagés, chacun de notre côté, sauf pour la chorale Arc-en-ciel où là, nous sommes ensemble.

A Villefranche, on rencontre beaucoup de monde… et on aime cette convivialité. C’est vraiment riche !

Fabrice a été confirmé à la paroisse et notre foi, c’est à deux que nous la vivons !

Quelles sont tes passions ?

– Bien sûr la lecture.

– Surtout la montagne ! Etant native de St Jean de Maurienne, et mes parents habitants Modane, on y va souvent : randonnées, ski, varappe…

– On aime recevoir beaucoup de monde chez nous…

– Nous participons à des cours de danses (rock, salsa) avec Fabrice.

– Bien sûr, la paroisse avec la Chorale Arc-en-ciel.

Explique-nous la chorale Arc-en-ciel ?

Créée à partir de la messe des Peuples il y a deux ans, c’est Sœur Monique qui m’a interpellée et qui a trouvé une quinzaine de choristes.

Le but de cette chorale est avant tout d’être convivial: il y a des Indiens, des Malgaches, des Africains, des Camerounais et des Français… ça s’appelle Arc-en-ciel ! On participe à une messe chaque 2ème samedi du mois : à 16 heures il y a répétition, puis c’est la pause café et la messe à 18 heures 30.

On chante en différentes langues comme le Tamoul et des dialectes africains. Frédéric Mortimore et moi-même sommes à la guitare ou au synthé… Je pensai que cela pouvait ennuyer les personnes un peu plus âgées, mais non ! Elles trouvent que ça change et que c’est gai.

Penses-tu que le chant est important au cours d’une Eucharistie ?

Le chant est indispensable !
Le chant est une prière !

« Chanter c’est prier deux fois ! »

En tant qu’animatrice, je dois faire passer beaucoup de choses par le chant, par le sourire, par le regard, par ma façon d’être…

Exemple le chant du Psaume, je fais prier l’assemblée, je ne suis pas en spectacle, je dirige, certes, mais j’entraîne l’assemblée et une fois le chant « bien parti », je n’ai plus à être trop au micro, je peux prendre du recul et la « battue » n’a plus trop d’importance, c’est la prière l’important !

Quel message à ceux qui t’entourent ?

Je crois en l’amour « Le Seigneur est tendresse et pitié, et lent à la colère et plein d’amour ».

Je fais du mieux que je peux : même si je rate, Dieu est là et il m’aime.
Fabrice et moi, on aime rencontrer les gens, on les écoute…

Echanger en confiance, c’est ce qu’il y a de plus riche !
Le dernier repas 4X4 fut très dense de partages, d’écoute et de communication, on a même prié ensemble avant de se séparer.

* Marie-Coline Eteno-Dondia est née le 19 mai à 8h42 ! Toute la petite famille se porte bien.

Propos recueillis par Martine et Yves Tricou, 31 mai 2011

 

Accès aux archives